Le Site MobileFacebookTwitter
Le gouvernement veut rendre gratuites les déchèteries pour le BTP Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux – DASRI Attention contrôles ! STOP AUX PLASTIQUES À USAGE UNIQUE Aper Pyro : la solution pour les fusées périmées Inauguration du réseau de chaleur urbain Septuors, des prix pour récompenser le dynamisme du territoire Les déchets de jardin pollués par les plastiques Changement de saison ! Le reflexe, c'est le tri ! Compostage collectif et partagé de nouvelles plateformes à toutes épreuves LA POUBELLE JAUNE N’EST PAS UNE POUBELLE ! C’EST UN BAC POUR RECYCLER LES EMBALLAGES ET LES PAPIERS Écrasés et non imbriqués COMPOSTAGE OU EPANDAGE DES BOUES D’EPURATION ELUS ET PROFESSIONNELS S’INQUIETENT POUR LA FILIERE BOUES D’ÉPURATION: LE SÉNATEUR JEAN SOL ATTIRE L'ATTENTION DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION La nouvelle fiscalité des déchets en 8 points TGAP : réponse du Premier Ministre Des dechets verts toujours trop pollués QUE FAIRE DES PESTICIDES CHIMIQUES INTERDITS AU 1ER JANVIER 2019 Plan de sortie du glyphosate : le dispositif Le député Romain Grau intervient auprés du ministre de la transition écologique et solidaire REFIOM en mines de sel : Pourquoi il n’y a pas plus de risque qu’en ISDD Le Sénat repousse à 2021 l'interdiction de certains ustensiles en plastique La loi EGAlim bannit les plastiques jetables Interdiction de jeter les Dechets de soins* dans les conteneurs d'ordures ménagères ou de tri ! De l'incinérateur à l'unité de valorisation énergétique Le réseau de chaleur Urbain: une vapeur propre, intelligente et durable.
REFIOM en mines de sel : Pourquoi il n’y a pas plus de risque qu’en ISDD
Article créé le 12/02/2019
Accueil / Le Mag / A la une
Agrandir la photo
Agrandir l'image Agrandir la photo
Agrandir la photo
Agrandir l'image Agrandir la photo
Agrandir la photo
Agrandir l'image Agrandir la photo

Contrairement à ce que soutiennent les partisans du stockage en ISDD, l’utilisation des REFIOM pour combler des mines de sel est au moins aussi sûre, voire plus sûre que le stockage en ISDD, en raison notamment des caractéristiques géologiques des mines.

 

Est-ce que le comblement de mines de sel est risqué pour l’environnement et pour la santé ? Les REFIOM étant des déchets dangereux, qui concentrent des métaux lourds, des dioxines et d’autres polluants, c’est une question en quelque sorte naturelle. Les explications présentées ici ont été fournies en 2008 par Bernard FEUGA, spécialiste reconnu de « l’après mines », qui travaillait à l’époque à Géodéris, une structure spécialisée commune au BRGM et à l’Inéris.

 

·         Un comblement nécessaire

Le comblement d’une partie des galeries de certaines mines de sel après leur exploitation est nécessaire pour éviter des mouvements et des affaissements de terrain en surface. En effet le sel est une roche « plastique », souple, « autocicatrisante ». Si les galeries ne sont pas comblées, elles se referment naturellement sous la pression des roches situées au-dessus et les affaissements se propagent jusqu’ à la surface mettant parfois en danger des bâtiments et peuvent bouleverser des espaces naturels (cours d’eau).

 

·       Une situation géologique favorable

Les mines de sel allemandes où les REFIOM servent au comblement des galeries ont une configuration géologique particulière. Le gisement de sel s’y présente en couches horizontales à quelques centaines de mètres de profondeur surmonté de couches d’argile d’environ 100 mètres. L’exploitation du sel se fait sur une hauteur de quelques mètres ; au milieu de la couche, en laissant toujours une épaisseur de plusieurs mètres de sel non exploitée.

 

·         Le comblement réduit le risque d’ennoyage

Plus les vides d’une mine sont comblés, plus le risque d’ennoyage diminue. Les REFIOM sont particulièrement adaptés au comblement en raison de leurs propriétés physiques. En y ajoutant des liants hydrauliques, il est possible d’en faire une sorte de mortier résistant bien à la pression et réduisant très fortement le taux de vide dans les galeries. Plus les vides sont comblés, plus le risque de mouvement de terrain en surface est faible.

 

·         Un risque de pollution des eaux très réduit

Pour que l’eau arrive jusqu’ aux REFIOM, il faudrait d’abord quelle dissolve le sel qui les entoure. Or les REFIOM servant au comblement sont au milieu de la couche de sel, épaisse d’environ 100 mètres. Ce qui implique que l’eau, pour arriver aux REFIOM, dissolve de très grandes quantités de sel. En le dissolvant, elle se saturerait totalement en sel et l’eau saturée en sel ne peut physiquement, plus rien dissoudre. Enfin, il faut rappeler que si certains polluants contenus dans les REFIOM sont solubles dans l’eau, ce n’est pas le cas des dioxines, qui sont solubles dans les graisses.

 

·         Les stériles de mines moins efficaces pour le comblement

Les stériles sont parfois utilisés pour le comblement. Mais en premier lieu, ils sont en quantité insuffisante puisqu’ ils correspondent aux vides miniers moins ce que l’on a exploité (le sel). En outre ils présentent un intérêt moindre pour le comblement car ils n’ont pas la même fluidité que les REFIOM et ils comportent un taux de vide important, de l’ordre de 30%. Ils permettraient donc moins efficacement d’éviter les affaissements en surface et parer le risque d’ennoyage.

 

Sources Dechets infos N°136 18 Avril 2018

SYDETOM66
SYDETOM WEBTV
Facebook Twitter
Site Mobile
Zone de téléchargements
Sydetom en photos
Espace collectivités
Marchés publics
Contact & Accès
Découvrez le site du compostage
Consultez notre charte de protection des données personnelles
Crédits Photos : Yann Le Borgne - JR PAC Photography - Marcel Pixel