Le Site MobileFacebookTwitter
QUE FAIRE DES PESTICIDES CHIMIQUES INTERDITS AU 1ER JANVIER 2019
Article créé le 21/02/2019
Accueil / Le Mag / A la une
Agrandir la photo
Agrandir l'imageAgrandir la photo

Si vous détenez des pesticides chimiques (qu’ils soient vides, souillés ou avec un reste de contenu), il suffit de les déposer gratuitement dans les points de collecte EcoDDS présents en France.

A partir du 1er janvier 2019, les particuliers (jardiniers amateurs) ne pourront plus détenir et utiliser des pesticides chimiques également appelés phytosanitaires ou encore phytopharmaceutiques « de synthèse chimique ».

Ne sont pas interdits les produits de biocontrôle, les produits à faible risque et les produits dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique. Ces produits comprennent essentiellement des micro-organismes, des médiateurs chimiques, ou encore des substances naturelles d’origine animale, végétale ou minérale.

 Quels sont les pesticides chimiques concernés par cette interdiction ?

Il existe essentiellement trois types de pesticides :

·         Les herbicides, contre les herbes indésirables, dites « mauvaises herbes »

·         Les insecticides, contre les insectes

·         Les fongicides, contre les maladies causées par les champignons

 Où déposer les pesticides chimiques ?

Pour déposer gratuitement vos pesticides chimiques, rdv dans les points de collecte suivants

·         Toute l’année dans toutes les déchetteries des PO adhérentes EcoDDS

·         Les collectes temporaires en partenariat avec les jardineries Botanic et Gamm vert au printemps et/ou à l’automne.

·         Les collectes temporaires avec les enseignes de bricolage (Leroy Merlin et Castorama) où les pesticides chimiques sont repris

 

Les adresses les plus proches de chez vous sont localisées sur le site : www.ecodds.com/particulier

 

 

Arrêt de la collecte, ainsi que du retrait du dispositif d'enlèvement des DDS en déchèterie à partir du 11 janvier.

 

 

Retour en arrière :

 

Venu à expiration au 31 décembre 2018, EcoDDS, l'éco-organisme en charge de la responsabilité élargie du producteur (REP) pour les déchets diffus spécifiques (DDS) s'oppose une nouvelle fois au cahier des charges d'agrément fixé par les pouvoirs publics, rapporte l'association de collectivités locales Amorce, mardi 8 janvier. L'entreprise regroupant les metteurs sur le marché de produits dangereux des ménages estime qu'un point du cahier des charges fragiliserait son fonctionnement.

 

 

En conséquence, EcoDDS « a annoncé début janvier aux collectivités l'arrêt de la collecte, ainsi que le retrait du dispositif d'enlèvement des DDS en déchèterie à partir du 11 janvier ».

 

 

 

ECO DDS PRÊT À REPRENDRE LES COLLECTES DÉS L'AGRÉMENT SIGNÉ

 

Les industriels et distributeurs administrateurs dEcoDDS ont rencontré vendredi 1er février Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, afin de trouver une solution pour accélérer leur ré-agrément et reprendre sine die la collecte dans toutes les collectivités adhérentes au 31/12/2018.

 

Plus aucun frein administratif ne s’oppose aujourd’hui au ré-agrément d’EcoDDS. Manifestée dès septembre 2018 auprès des pouvoirs publics, la volonté d’être agréé a été renouvelée ce jour par les administrateurs afin d’accélérer le processus de reprise de la collecte :

  •         Dès que l’agrément sera connu (par courrier de la Direction Générale de la Prévention des Risques), EcoDDS s’engage à contacter immédiatement l’ensemble de ses prestataires pour remettre le processus de collecte en marche, et ce, sans attendre la publication au Journal Officiel.
  •         En parallèle, chaque collectivité pourra confirmer son souhait de reprendre la collecte des déchets par EcoDDS via une procédure spécifique accélérée.

Par ailleurs, l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité a demandé cette semaine des mesures compensatoires pour les collectivités à EcoDDS, qui a donné son accord de principe, si le ré-agrément est obtenu avant mi-février.

Les administrateurs ont souligné l’efficience du dispositif mis en place par EcoDDS, société à but non lucratif en charge d’encourager au tri, de collecter et de traiter les déchets chimiques des particuliers, qui compte à ce jour 607 collectivités adhérentes, et a assuré la collecte de 180 000 tonnes de DDS depuis sa création.

EcoDDS souhaite rappeler son attachement au principe de non-lucrativité qui régit le fonctionnement de tout éco-organisme. Elle apprécie que le gouvernement ait modifié dans son arrêté du 15 janvier 2019 une erreur rédactionnelle du cahier des charges de la filière DDS qui contrevenait à ce principe, permettant ainsi à l’éco-organisme de déposer son dossier définitif de demande d’agrément le 16 janvier 2019.

 

Depuis le 11 Janvier, dans l’attente du réagrément d’Ecodds, les pesticides chimiques déposés en déchèterie par les particuliers sont toujours repris et traités mais au frais des collectivités.

SYDETOM66
SYDETOM WEBTV
Facebook Twitter
Site Mobile
Zone de téléchargements
Sydetom en photos
Espace collectivités
Marchés publics
Contact & Accès
Découvrez le site du compostage
Consultez notre charte de protection des données personnelles
Crédits Photos : Yann Le Borgne - JR PAC Photography - Marcel Pixel